5.5.20

De Pessah à Chavouot (27) saison 3 : Psaume 127

Psaumes, 127 (Hébreu)

א שִׁ יר הַ מּ ַ עֲ לוֹ ת, לִ שְׁ לֹמֹה:אִ ם-יְ הוָה, לֹא-יִ בְ נֶה בַ יִ ת-- שָׁ וְ א עָ מְ לוּ בוֹ נָיו בּ וֹ ;אִ ם- יְ הוָה לֹא-יִ שְׁ מָ ר-עִ יר, שָׁ וְ א שָׁ קַ ד שׁוֹ מֵ ר. ב שָׁ וְ א לָ כֶ ם מַ שְׁ כִּ ימֵ י קוּ ם, מְ אַ חֲ רֵ י- שֶׁ בֶ ת--אֹכְ לֵ י, לֶ חֶ ם הָ עֲ צָ בִ ים;כּ ֵ ן יִ תּ ֵ ן לִ ידִ ידוֹ שֵׁ נָא. ג הִ נֵּה נַחֲ לַ ת יְ הוָה בּ ָ נִ ים: שָׂ כָ ר, פּ ְ רִ י הַ בּ ָ טֶ ן. ד כְּ חִ צּ ִ ים בְּ יַד-גִּ בּ וֹ ר-- כּ ֵ ן, בְּ נֵי הַ נְּ עוּ רִ ים. ה אַ שְׁ רֵ י הַ גֶּבֶ ר-- אֲ שֶׁ ר מִ לּ ֵ א אֶ ת-אַ שְׁ פּ ָ תוֹ , מֵ הֶ ם:לֹא-יֵבֹשׁ וּ -- כִּ י-יְ דַ בְּ רוּ אֶ ת-אוֹ יְ בִ ים בּ ַ שּ ָׁ עַ ר.



Psaumes, 127 (Français)

 1 Cantique des degrés. De Salomon. Si l’Eternel ne bâtit pas une maison, c’est en vain que peinent ceux qui la construisent; si l’Eternel ne garde pas une ville, c’est en vain que la sentinelle veille avec soin. 2 C’est en vain que vous avancez l’heure du lever, que vous prolongez tard vos veilles, mangeant un pain péniblement gagné! A celui qu’il aime [Dieu] donne le nécessaire pendant son sommeil. 3 Voyez, le vrai don de l’Eternel, ce sont des fils; sa récompense, c’est le fruit des entrailles. 4 Des flèches dans la main d’un guerrier, voilà ce que sont les fils de la jeunesse. 5 Heureux l’homme qui en a rempli son carquois! Ils n’auront pas à rougir, lorsqu’ils plaideront contre des ennemis à la Porte.




Traduction Louis Segond
  1. Si l’Éternel ne bâtit la maison,
    ceux qui la bâtissent travaillent en vain ;
    si l’Éternel ne garde la ville,
    celui qui la garde veille en vain.
  2. En vain vous levez-vous matin, vous couchez-vous tard,
    et mangez-vous le pain de douleur ;
    il en donne autant à ses bien-aimés pendant leur sommeil.
  3. Voici, des fils sont un héritage de l’Éternel,
    le fruit des entrailles est une récompense.
  4. Comme les flèches dans la main d’un guerrier,
    ainsi sont les fils de la jeunesse.
  5. Heureux l’homme qui en a rempli son carquois !
    Ils ne seront pas confus,
    quand ils parleront avec des ennemis à la porte.


Mon extrait :
"Si l’Eternel ne bâtit pas une maison, c’est en vain que peinent ceux qui la construisent"

Aucun commentaire:

Publier un commentaire