14.3.19

Meurtre et Commandeur (81) : omelette

C'était une omelette d'une telle beauté que spontanément j'en aurais presque fait un croquis sur le vif. Mais je n'hésitais pas cependant à la couper en morceaux que j'enfournai en hâte. L'omelette n'était pas seulement belle, elle était délicieuse.
"Cette omelette est parfaite, " déclarai-je.
Menshiki se mit à rire.
"Mais non, j'en ai réussi de bien meilleures auparavant."
A quoi pouvaient-elles donc ressembler alors ? Peut-être à une super omelette volante qui disposait d'ailes magnifiques et qui ferait Tokyo-Osaka en moins de deux heures."
MURAKAMI Haruki, Le Meurtre du Commandeur, Livre 2, ch.56, Il semble qu'il y ait des blancs à combler, ed.Belfond

Aucun commentaire:

Publier un commentaire